Le saviez-vous ?

L’altitude peut vous aider à rester en santé

 

Nous rapportons dans cet article une partie des conclusions d’une publication scientifique datant de juin 2021.


Il ressort de cette étude que les personnes vivant en altitude modérée (entre 1500 et 2000m) ont un risque de mortalité moins élevé que les personnes vivant au niveau de la mer.. Cela concerne principalement les maladies cardiovasculaires (cœur et vaisseaux sanguins), le cancer du sein chez la femme et de l’intestin chez l’homme. Une exposition passive à un stress hypoxique de manière contrôlée serait aussi une approche thérapeutique prometteuse pour diminuer les risques de déclin cognitif lié à la vieillesse ou à la maladie (par exemple la maladie d’Alzheimer). Cet effet protecteur de l’altitude serait dû à des facteurs géographiques (effet propre de l’hypoxie) et/ou des radiations solaires sur la vitamine D. L’espérance de vie augmenterait ainsi de 1.2 à 3.6 années pour les hommes et de 0.5 à 2.5 années pour les femmes.

Par ailleurs, de façon générale, la pratique d’exercice physique dans un milieu appauvri en oxygène a une action bénéfique sur la santé. Les mécanismes physiologiques réagissant au stress hypoxique ont une action à différents niveaux. Tout d’abord sur l’angiogenèse (meilleure vascularisation des tissus et du cerveau), sur l'érythropoïèse (augmentation des globules rouges, meilleur transport de l’oxygène), mais également sur le débit cardiaque (meilleur débit cardiaque pour envoyer plus de sang dans la circulation). A cela s’ajoute un effet sur l’augmentation d’enzymes transportant le glucose (GLUT, qui permettent un meilleur métabolisme glucidique et une meilleure production d’ATP) et sur l’augmentation d’oxyde nitrique synthase (NOS, qui génère des effets anti-inflammatoires et de dilatation des vaisseaux sanguins).

Les patients atteints de maladies cardiovasculaires telles qu’une hypertension pulmonaire ou une insuffisance cardiaque ne devraient pas dépasser l’altitude de 2500 mètres. Dans le cas d’autres maladies cardiovasculaires ou d’une hypertension artérielle contrôlée, l’altitude, et à fortiori l’exercice en hypoxie, n’est non seulement pas déconseillée, mais bénéfique.

Source d’information

“Impact of High Altitude on Cardiovascular Health: Current Perspectives”







39 vues0 commentaire