Obésité et altitude

Dernière mise à jour : 12 sept.

Effects of Short-Term Normobaric Hypoxic Walking Training on Energetics and Mechanics of Gait in Adults with Obesity

 

Il est reconnu qu’un entraînement en altitude bien calibré induit un stress hypoxique qui amène certaines adaptations physiologiques qui sont bénéfiques pour l’amélioration des performances sportives.


Un autre aspect intéressant de l’entraînement en altitude, moins connu pour l’instant, est son intérêt dans le traitement de l’obésité. En effet, c’est une thématique de plus en plus abordée dans la littérature scientifique ces dernières années, tout d’abord parce que l’entraînement en altitude simulée (salle hypoxique) devient de plus en plus accessible mais également car le phénomène d’obésité prend de l’ampleur dans notre société.


Des chercheurs de l’université de Lausanne (Menéndez et al., 2018) ont comparé les effets d’un entraînement de marche sur tapis en hypoxie et en normoxie, chez des personnes en situation d’obésité. Les participants de l’étude ont été séparés en deux groupes, un groupe effectuait de la marche sur tapis (9 séances de 1h) en hypoxie (altitude simulée 3500m), alors que l’autre groupe effectuait le même entraînement en normoxie. Les participants ne savaient pas dans quel groupe ils étaient attribués, et géraient eux même la vitesse de marche de façon à ce qu’elle soit confortable. Le groupe en hypoxie induisait une vitesse de marche qui était plus basse que pour le groupe en normoxie, due à la pénibilité de l’effort accrue en altitude simulée.


Les effets en termes de masse corporelle, de sensation à l’effort ainsi que sur les composantes énergétiques et mécaniques de la marche ont évolué positivement et dans les mêmes proportions autant dans le groupe s’entraînant en hypoxie que chez celui en normoxie. Cela est d’autant plus intéressant que le groupe en hypoxie marchait à des vitesses plus lentes que celui en normoxie.


La marche est une activité qui peut s’avérer parfois inconfortable pour des personnes en situation d’obésité, notamment d’un point de vue du stress mécanique et donc des blessures musculo-tendineuses qu’elle peut engendrer chez cette population. Donc l’intérêt de l’entraînement à la marche en hypoxie pour des personnes en situation d’obésité est que l’on peut avoir les mêmes résultats qu’en normoxie, mais à des vitesses moins élevées, ce qui permet de réduire le stress mécanique et les risques de blessures.




29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout