Pourquoi utiliser l’hypoxie pour s’entraîner?

Dernière mise à jour : 23 juin

L’air ambiant est un mélange gazeux constitué de 21% d’oxygène et de 78 % d’azote (N2), ainsi que de quelques gaz rares. En altitude, la pression barométrique diminue et la quantité d’oxygène disponible est plus basse. Le corps se retrouve donc exposé à un manque d’oxygène que l’on appelle hypoxie. Des technologies innovatrices nous permettent aujourd’hui de reproduire les effets de l’altitude en ville. Ainsi, un environnement raréfié en oxygène peut être obtenu en enrichissant l’air ambiant avec de l’azote, ou comme à SportAltitude, par filtration de l’air au travers d’une membrane qui capte les molécules d’oxygène.








Et que se passe-t-il au niveau de l'organisme?

L’organisme exposé à une ambiance hypoxique, naturelle ou simulée, va mettre en place des adaptations physiologiques sanguines, cardio-respiratoires, neuromusculaires et métaboliques. Au niveau musculaire, on observe un processus d’angiogenèse, c’est-à-dire une augmentation du nombre de vaisseaux sanguins par fibre musculaire. Cela permet d’obtenir un meilleur apport de sang et donc d’oxygène et de nutriments vers les muscles. Il y a également une baisse de la biogenèse mitochondriale, ce qui signifie qu’il y aura moins de mitochondries (les petites usines à énergie de nos cellules) mais celles-ci seront plus efficientes. Un changement général du métabolisme lipidique (les graisses) vers un métabolisme glucidique (les sucres) est également observé : cela veut dire que notre organisme, après un cycle d’entraînement à SportAltitude, sera plus efficace à utiliser les sucres pour en faire de l’énergie. L’ensemble de ces adaptations physiologiques permettent d’améliorer le rendement musculaire. Il y aura donc moins d’énergie dépensée pour un même mouvement après un entraînement en hypoxie. Au total, ces différentes adaptations ont pour effet d’améliorer la performance physique de façon plus efficiente qu’en plaine.

Les Jeux Olympiques !

Les Jeux Olympiques de Mexico (2240m) en 1968 ont marqué le monde du sport en raison des performances d’endurance en athlétisme des athlètes vivant sur les hauts plateaux africains. Depuis lors, cet outil d’entraînement a été largement utilisé par les athlètes d’élite. Ce n’est que récemment que l’utilisation a été élargie à l’ensemble des sportifs, notamment grâce à l’ouverture de centres comme celui de SportAltitude. Ce type d’installations étant en ville, outre les effets de l’hypoxie sur l’organisme, cela permet également de réduire les temps de déplacement en montagne et donc la fatigue. A présent, tout un chacun, quel que soit son niveau sportif, peut prétendre à utiliser l’altitude simulée pour améliorer sa condition physique. Autant de bonnes raisons de venir essayer une séance à 3200m d’altitude au cœur de Genève, au centre SportAltitude.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout